PERES DE SCHEUT, LES FONDATEURS DE LA MISSION DE KANZENZE

View previous topic View next topic Go down

PERES DE SCHEUT, LES FONDATEURS DE LA MISSION DE KANZENZE

Post by La Paroisse Sacre Coeur d on Sat Jan 30, 2010 3:32 am

PERES DE SCHEUT, LES FONDATEURS DE LA MISSION DE KANZENZE


1. Père VANDERMOLEN Leo
Né à Hoegaarden le 02/09/1869.
Premiers vœux en 1891.
Ordination en 1896.
Envoyé au Congo le 06/09/1896.
Décédé à Bruxelles le 20/01/1924.
FONDATEUR DE KANZENZE, il a été longtemps à Mikalayi.

2. Père VANCOILLIE Leo
Né à Passendale le 03/07/1878.
Premiers vœux en 1899.
Ordination en 1904.
Envoyé au Congo (Kasai) le 15/09/1904.
Décédé à Katoka(Congo) le 24/09/1957.
Il a été aussi à Zielen-Saint Jacques.

3. Frère FIERS Hippoliet
Né à Overmere le 20/06/1866.
Premiers vœux en 1897.
Envoyé au Congo le 06/07/1897.
Décédé à Ndekesha (Congo) le 30/06/1933.
Constructeur à Zielen- Saint Jacques et autres missions.

4. Père BOUCHE Emiel
Né à Langemark le 21/03/1882.
Premiers vœux en 1905.
Ordination en 1910.
Envoyé au Congo (Kasai) le 10/09/1910.
Décédé à Luluabourg(Congo) le 05/02/1954.
Il a travaillé aussi à Hemptinne et à Luluabourg Saint Clément.

5. Père SPELEERS Jozef
Né à Waasmunster le 19/07/1877.
Premiers vœux en 1901.
Ordination en 1906.
Envoyé au Congo (Kasai) le 20/09/1906.
Décédé à ‘s Gravenwezel le 07/03/1932.
Il a travaillé à Merode et à KANZENZE.

6. Père COGET Adriaan
Né à Destelbergen le 16/08/1884.
Premiers vœux en 1905.
Ordination en 1911.
Envoyé au Congo (Kasai) le 02/09/1911.
Décédé à Antwerpen le 18/07/1961.
Fondateur de Mbulungu et après à Mwene Ditu.

7. Père VAN KASTEREN Jozef
Né à Turnhout le 31/03/1887.
Premiers vœux en 1909.
Ordination en 1914.
Envoyé au Congo (Kasai) le 23/01/1915.
Décédé à Brugge le 14/12/1936.
Directeur d’écoles à KANZENZE, ensuite à Mikalayi.

Ci-joint, je vous envoie mon texte relatif à la mission de Kanzenze, et traduit par le P. Mbuyi. Prière d’envoyer vos remerciements au Père Mbuyi (e-mail:
P. Hildebrand




CHAPITRE Ier : KANZENZE, MISSION-MÈRE.

Pour la clarté de l’exposé de ce chapitre, nous avons opté pour une subdivision en quatre périodes : 1. Période initiale; 2. Période de la Préfecture Apostolique ; 3. Période du Vicariat Apostolique sous Mgr Stappers ; 4. Période sous Mgr Keuppens.

A. PÉRIODE INITIALE.

La Mission de Kanzenze est le premier poste de Mission en possession duquel étaient entrés les Frères Mineurs de la Province Belge dans notre Colonie du Congo. Elle fut toutefois fondée, longtemps avant le départ de nos premiers missionnaires vers ce territoire de mission, notamment par les Pères de Scheut. La fondation eut lieu en 1909, en proximité d’une d’une petite rivière désignée du nom de “Kanzenze” par les populations locales. Aussi la Mission fut-elle baptisée du nom de cette petite rivière, bien qu’elle eût pu porter le nom d’un village passablement grand situé sur les lieux, à - 1 -savoir : Komeshia.
Ces premiers missionnaires avaient pour voisin un certain Mr Brito (Rem. pers. : Sur pas mal de ses factures, l’on trouve, à côté de la graphie Brito, également Britto), un colon portugais, qui était propriétaire d’un grand domaine à Mpala.
Au cours de l’année 1909, Mgr Cambier, alors Préfet Apostolique du Kasayi, fit personnellement un voyage de reconnaissance pour la lointaine province du Katanga. Comme suite à ce voyage il prit la décision de fonder une nouvelle mission dans ces régions-là. Furent désignés pour établir la base de la nouvelle mission, les RR.PP. Van der Molen, Van Coullie et Frère Hyppolite Fiers. Ils érigèrent leurs tentes auprès du confluent des rivières Kamoa et Kanzenze (25°-10°) au Nord de la Vieille-Lulua dans le voisinage des mines cuprifères de la Ruwe, où les premiers travaux d’exploitation avaient été mis en route(1).
Comment les Pères Scheutistes en sont-ils venus à créer une mission dans cette région, vu que tous leurs confrères habitaient à des centaines de kilomètres de là, dans le Kasayi et au Moyen-Congo, où, pour le travail, ils avaient les mains chargées à telle enseigne qu’ils ne devaient pas songer à envoyer des missionnaires à cette région.
La raison fut probablement celle-ci : Au début du vingtième siècle, il devenait de plus en plus clair que le Katanga était une très riche région minière, et l’on voulait mettre ces terres-là en valeur. Le gouvernement conçut le projet d’inviter par ici des colons agriculteurs, qui seraient là pour garantir la nourriture des futurs mineurs. Naturellement, faisait partie de ces mineurs, une paroisse également, destinée à prendre soin de leurs âmes. Ainsi les PP. Scheutistes, qui habitaient bien loin de là, y furent-ils invités par le gouvernement. Le P. Coullie fut, de cette manière, le premier prêtre de ces côtés. Les PP. qui se succédèrent les années suivantes jusqu’à 1920 furent les PP. Boucke, Speleers, Coget, qui étaient souvent encore mentionnés parmi les habitants de Kanzenze, et Van Kasteren.
Les PP. étaient arrivés, mais les paroissiens, c.à.d. les agriculteurs colons, pour lesquels on les avait fait venir, eux ne sont jamais venus au rendez-vous.
Ce que fut l’expérience de ces pionniers, nous l’ignorons, car, à l’exception du registre des baptêmes, ils ne nous ont laissé aucun écrit là-dessus. Dans le registre fut inscrit le premier baptême, qui, apparemment, a connu un processus normal de préparation d’un groupe de personnes, ayant duré au moins quelques mois. Le baptême en question fut administré le 2 février 1910 par le P. Van Coullie.
Selon ce que les gens eurent à raconter plus tard, après qu’ils avaient fini de construire leur maison et la chapelle, les PP. voyageaient régulièrement vers l’intérieur, et cela surtout en direction du grand fleuve Congo, motivés en cela, probablement, par la langue en usage chez les habitants là-bas, et qui avait une certaine ressemblance avec celle du Kasayi, d’où les PP. étaient venus. Pour le temps qu’ils étaient restés à Kanzenze, le registre des baptêmes signale 497 baptêmes : beau résultat pour ces temps-là. Il y avait 42 catholiques; 458 confessions ; 450 communions par an, 41 écoliers fréquentaient leurs classes, 20 orphelins recevaient des soins à la mission (2).
Les bâtiments qu’ils construisirent consistaient en une chapelle, une habitation pour 4 missionnaires, une menuiserie, et une autre maison avec des chambres pour hôtes, probablement pour des blancs de passage.

Le territoire où se situait Kanzenze était trop étendu pour n’être desservi que par les PP. Scheutistes. Ils demandèrent de l’aide et cédèrent le grand territoire missionnaire aux Frères Mineurs de la Province Belge. Après y avoir mis la mission en route, avec de bons résultats, ils quittèrent la région en 1920 et se replièrent de nouveau au Kasayi. Leur dernier baptême, administré par le P. Van Kasteren (3), remonte à juillet 1920.

La Paroisse Sacre Coeur d

Posts : 3
Join date : 2010-01-30

View user profile

Back to top Go down

OU SE TROUVE KANZENZE ?

Post by La Paroisse Sacre Coeur d on Sat Jan 30, 2010 4:00 am

Kanzenze se trouve maintenant dans le district de Kolwezi, à 60 Km de la ville minière, dans la province du Katanga.

A l'époue de sa fondaton par les CICM, la Mission appartenait au Diocèse de Kamina. Plus tard, le Diocèse de Kolwezi est surgit et il a comme Paroisse la plus ancienne cette Mission centenaire.

Le CICM ont laissé Kanzenze en 1920, et les Pères Franciscains ont pris la rélève.

Les premiers Frères Mineurs habitants de Kanzenze.

Les premiers Frères Mineurs y arrivèrent en quatre vagues successives. La première comprenait les PP. Valentin Stappers, Sabin Serneels et les FF. Rémy de Boever et Justin Decoster. Ils arrivèrent le 15 décembre 1920. Le 10 avril 1921, ce fut aux PP. Théophile Tielemans et Libéré Lefebure de suivre. Se joignirent à eux, en date du 13 novembre 1921, les PP. Ernest Van Avermaet et Florentin De Smet, rejoints, en mars 1922, par les PP. Hilaire Stocky, Canise De Winter, et les FF. Gérard Kempeneers et Alfred Gils(4). Une occupation, donc, par une douzaine de personnes, qui eurent pour premier Supérieur Général, le P. Théophile Tielemans(5). Mgr De Clercq, Vicaire Apostolique, à cette époque-là encore toujours Ordinaire du lieu du territoire où se trouvait situé Kanzenze, délégua au P. Tielemans le pouvoir de Pro-Vicaire(6).
Le P. Tielemans tomba malade et fut rappelé en Belgique en mai 1922(7). Fin 1921 le P. Stappers fut constitué supérieur général du territoire de la mission (Cool.
Le premier groupe aurait dû, normalement, avoir trouvé les PP. Scheutistes sur place, fût-ce pour régler le transfert avec eux. Pourquoi les choses ne se sont pas déroulées de cette manière, cela restera un mystère(9). Comme nous le verrons plus tard, cela a eu quelques tristes conséquences.

Problèmes relatifs à un héritage.

Avant le départ de nos missionnaires, il avait été convenu avec les Scheutistes, en Belgique, que tout ce qui se trouvait à la mission de Kanzenze serait cédé à un prix favorable(10).
À leur arrivée nos missionnaires y trouvèrent une chapelle, une habitation pour 4 missionnaires, une menuiserie et une autre maison, probablement pour des blancs de passage. Tout était construit en briques séches, et couvert avec un toit de paille(11). Il y avait 42 catholiques; 458 confessions ; 450 communions par an, 41 écoliers fréquentaient leurs classes, 20 orphelins recevaient des soins à la mission(12).
Une lettre du P. Coget signalait que les Scheutistes avaient confié, pour les garder, à Mr Brito, le plus proche voisin de la mission de Kanzenze, 11 vaches, 23 génisses, 8 taureaux et 52 moutons, à passer aux frères mineurs missionnaires qui étaient entrain d’arriver.
De ce troupeau, les missionnaires nouveaux venus ne trouvèrent rien du tout, et constatèrent également la disparition d’une partie des 150 planches annoncées et de divers meubles.
Interpellé à ce sujet, le P. Coget, qui venait tout juste de recevoir un rapport de Mr Brito sur le mandat lui confié, répondit que ce dernier avait l’intention de faire un voyage en Europe et que pour cette raison, il s’était enquis auprès de Mgr de Hemptinne, Préfet Apostolique à Elisabethville, de ce qu’il devait faire de son mandat. La réponse de ce dernier était qu’il allait s’écouler encore une bonne année avant l’arrivée des Frères Mineurs à Kanzenze. Fort de cette information, Mr Brito vendit purement et simplement, petit et grand bétails et quelques meubles, à Mgr de Hemptinne, qui expédia le tout à la mission de Kansenia. Il n’y avait donc plus qu’à s’arranger avec Mgr de Hemptinne(13).

Kanzenze ou Ki(n)kondja.

Le territoire de mission confié aux Frères Mineurs se situait partiellement sur le terrain de la Préfecture Apostolique de Mgr de Hemptinne, et partiellement, quant au lieu où se trouvait Kanzenze, sur le territoire du Vicariat Apostolique de Mgr de Clercq. Comme cela ressort des lettres du 25 février et du 30 mars 1921, de Mgr de Hemptinne, les deux prélats étaient d’avis que les Frères Mineurs feraient mieux de vendre la misérable mission de Kanzenze à leur voisin Mr Britto, et d’établir leur poste principal à Kikondja. À n’en pas douter, du point de vue aussi bien pastoral que pratique, Kikondja était plus intéressant. Kanzenze, par ailleurs, était une région maigrement peuplée, ce qui n’était pas le cas de Kikondja. Il y avait en outre, à Kikondja, un besoin urgent de mettre un frein à la pleine progression des protestants qui se trouvaient là. Kanzenze, à l’époque, était un lieu à l’accès encore relativement difficile, tandis que, en revanche, rejoindre Kikondja était bien peu de chose. Partant d’Élisabethville en passant par Tshilongo, l’on pouvait gagner Bukama, d’où on se dirigeait, ensuite, par bateau, vers Kikondja sur le lac Kisale, et même remonter plus haut(14). Nos missionnaires n’eurent apparemment pas hâte à mordre à cette suggestion, car ce ne sera que 9 ans après, qu’ils décideront d’entreprendre quelquechose à Kikondja.

Double rôle de la Mission de Kanzenze.

La Mission de Kanzenze fut appelée à jouer un double rôle. Comme n’importe quelle autre mission à venir, Kanzenze était une mission en vue du ministère, orientée à l’apostolat direct. Toutefois, pendant près de 30 ans, c.à.d. jusqu’au déménagement du Commissariat à Mpala, en janvier 1951, Kanzenze sera à la fois lieu de résidence du Supérieur Régulier.

État de la Mission.

Le P. Florentin De Smedt nous livre une description de l’état de la Mission de Kanzenze tel qu’il le trouva, à son arrivée, le 13 novembre 1921, soit une petite année après l’arrivée de la première caravane : une double rangée de manguiers aux cimes chargées encadrait une plaine carrée d’environ 50 m sur 70 m. En dehors de cela, le long des quatre côtés, s’érigeaient les différents bâtiments, en briques sèches et couverts de paille. Par devant il y avait la maison d’habitation et un petit hopital; deux chambres à loger constituaient un petit bâtiment de l’autre côté; plus loin, la chapelle et un grand magasin; l’école et la menuiserie fermaient le rectangle.
Entre les constructions poussaient toutes sortes d’arbres fruitiers hétéroclites : orangers, mandariniers, papayers, citronniers, etc. Par derrière tout cela, quelque peu dans la brousse, se trouvaient les étables pour le bétail.
Il faut dire que nos Confrères de la première vague abattirent un gros travail. Ce n’est pas eux, bien sûr, qui construisirent le poste, toutefois ils ne trouvèrent sur place, à leur arrivée, ni lit, ni chaise, ni table, et voilà qu’ en une petite année, tout était en pleine marche : l’on martelait et l’on charpentait dans la menuiserie, et l’école était fréquentée par plusieurs enfants, même par ceux des villages des alentours(15).

La Mission s’organise

Avant que nos missionnaires fussent à même de commencer leur vrai apostolat, bien des problèmes matériels devaient être résolus. Les documents de ces premières années-là montrent bien en quoi consistaient leurs priorités : ouvriers et porteurs à trouver ; bâtiments à ériger ; problème de nourriture à résoudre; la question de la langue.

(à suivre)

La Paroisse Sacre Coeur d

Posts : 3
Join date : 2010-01-30

View user profile

Back to top Go down

View previous topic View next topic Back to top

- Similar topics

 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum