Qui a tué le cardinal ETSOU?

View previous topic View next topic Go down

Qui a tué le cardinal ETSOU?

Post by Georges42 on Sun May 25, 2008 4:15 pm

Qui a tué le cardinal ETSOU?
Le film complet des derniers jour du Cardinal Etsou en Belgique

à Bruxelles, le Cardinal Estou était logé au couvent des Pères de Scheut sur la chaussée de Ninove, commune d'Anderlecht.

Les témoignages de Pierre Mutanga, ancien prêtre congolais au Vatican, révèlent que le cardinal Etsou se rendait parfois en train de Bruxelles à Leuven aller retour pour ses soins ambulatoires.

« L'envergure nationale et internationale du défunt archevêque ne convenait pas à emprunter le transport en commun ; c'est ainsi que le protocole funèbre du cardinal m'a énervé, il était seul, ne bénéficiant pas de l'attention dévolue à son rang pendant son séjour à Bruxelles » nous déclare Pierre Mutanga, des larmes aux yeux. Et d'ajouter : « Jean Pierre Samba et moi avons décidé d'assister le cardinal dans ses déplacements, nous nous relayions ; Papa Mbungu est témoin... » En Afrique, tout décès est lié à une cause surnaturelle.

La mort du cardinal Etsou, grande personnalité ecclésiastique et politique n'échappe pas à cette règle. Les Bana Congo ont exigé l'autopsie et l'archeveque de Washington émet des réserves sur la thèse d'une mort naturelle. Se basant sur des symptômes visibles à l'oeil nu, des champignons sur le visage du cardinal quelques jours avant sa mort étaient perceptibles.

C'est sur base de ce diagnostic de présomption que l'opinion se réfère pour émettre des avis. Le centre hospitalier universitaire de Leuven regorgent des spécialistes: professeurs et chercheurs,faisant de cet hôpital l'un des meilleurs de Belgique. L'hypothèse d'une erreur médicale est à écarter.

Il revient à l'Eglise catholique et à la famille biologique du cardinal de juger l'opportunité de publier le bulletin de santé du prélat pour mettre fin aux spéculations. Le cardinal, par ses charges pastorales, est un homme public. Les chrétiens et le peuple congolais méritent avoir la version médicale exacte de son décès. Selon Jean Pierre Samba qui a conduit le cardinal Etsou plusieurs fois au CHU de Leuven, le cardinal se faisait soigner aux référons.

« Ce produit pharmaceutique est un anticancéreux puissant. ». « A vue, le cardinal présentait des symptômes d'une personne qui aurait été en contact avec un produit chimique toxique comme la dioxine, mais, c'est un diagnostic de présomption, seule une analyse biologique déterminera de symptômes microscopiques exacts ». Et de préciser: « les référons sont administrés aux malades souffrant du cancer.

Par contre, ce produit est toxique dans l'organisme, en l'absence de cellules atteintes du cancer ». Et puis: « il était connu que le cardinal souffrait de diabète, des piqûres d'insuline lui étaient administrées quotidiennement. Pour les vaisseaux fragilisés par le diabète, les référons peuvent être nocifs ». « L'oedème pulmonaire dont souffrait le cardinal Etsou se manifestait par ? Grands Reporters - Paparazzi l'augmentation de volume d'eau dans les poumons et l'hypertension est un signe de problème au niveau des vaisseaux, un antihypertenseur sert à améliorer le rétrécissement de la lumière des vaisseaux avec augmentation de flux sanguin.

Face à un tel bulletin de santé, les vaisseaux étaient fragilisés » En conclusion de son témoignage, J.P. Samba dit : « l'administration des référons au cardinal pourrait être suicidaire si ce médicament trouve l'organisme affaibli ». Prudent, J.P. Samba se réserve: « l'accès au dossier médical du cardinal n'est pas facile, il revient à l'Eglise catholique et à sa famille biologique de donner la version exacte des faits, je ne fais qu'un diagnostic de présomption. » La soeur religieuse Sophie de l'archidiocèse de Kinshasa a accompagné le cardinal tout au long de son séjour médical en Belgique.

C'est elle qui faisait fonction de secrétaire particulière et d'infirmière qui gérait l'état diabétique du cardinal Etsou: ses heures de table, injection d'insuline ainsi que les divers besoins fondamentaux d'un malade. Le prélat a été placé en soins intensifs au CHU de Leuven dès que les symptômes de dégradation de son état de santé se sont accélérés.

Relié aux appareils extra organiques pour suppléer à l'insuffisance de ses fonctions vitales et à son rythme organique, le volume d'eau dans les poumons était régulé par un aspirateur.

Chronologie des faits :

Lundi 25 décembre 2006: dernier aller et retour du cardinal entre Bruxelles et Leuven en voiture. Il effectuait ce trajet de 45 minutes tous les jours impairs: lundi, mercredi et vendredi entre 13h et 17h. Un jour, le cardinal a regagné le couvent des Pères de Scheut à 19h pour avoir transité par l'hôpital St Pierre pour des analyses cutanées. ?

Mercredi 27 décembre 2006: un lift des Pères de Scheut, amène le cardinal Etsou de la chaussée de Ninove à Bruxelles à Leuven. C'est le dernier voyage du cardinal.

Samedi 30 décembre 2006: un prêtre catholique d'un convent de Leuven accède aux soins intensifs pour célébrer le dernier sacrement du cardinal Etsou.

Lundi 1er janvier 2007: la santé du cardinal se dégrade davantage. A ceux qui voulait souhaiter des voeux 2007 au cardinal, la soeur Sophie leur demandait, au téléphone, de prier pour la santé du cardinal.

Samedi 06 janvier 2007 à 20h50: une congolaise accompagnée de ses deux enfants franchissent le seuil des soins intensifs du CHU de Leuven. Depuis son hospitalisation, cet hôpital s'est transformé en lieu de pèlerinage. Une vive discussion s'engage, la femme et ses deux enfants s'en aillent sans voir le cardinal suite à l'intransigeance des gardes. C'est pendant ce temps que le cardinal à rendu l'âme.

Jean-Willy Bondjala Bo Sisimi

Pris de Grands Reporters
avatar
Georges42
Admin
Admin

Posts : 81
Join date : 2008-05-21
Age : 75
Location : Guatemala

View user profile http://cristohermano.editboard.com

Back to top Go down

View previous topic View next topic Back to top

- Similar topics

 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum